E-learning

Quelle est la définition de Protocole Individuel de Formation ?

Le protocole individuel de formation est également connu sous le nom de PIF. Il s’agit d’un contrat entre : l’apprenant, le formateur et l’organisme de formation. Cependant, ce contrat tripartite peut être quadripartite lorsque le responsable de la formation signe le contrat établi.

Celui-ci rassemble toutes les conditions et les informations relatives à l’apprentissage et aux supports pédagogiques. Ce document a pour but de définir les actions et les responsabilités de chacun au sein de la formation ainsi que les modalités.

Quelles sont les caractéristiques d’un protocole individuel de formation ?

Pour qu’un contrat soit considéré comme un PIF, celui-ci doit contenir plusieurs informations :

  • Objectifs personnels et professionnels
  • Résumé du programme
  • Durée et date des cours pédagogiques
  • Conditions d’accès à la plateforme digitale de la formation
  • Les méthodes numériques utilisées par le formateur
  • Prérequis et obligations pour accéder aux modules d’apprentissage
  • Modalités d’évaluation
  • Type d’examens organisés pendant la durée de la formation
  • L’identité des formateurs, des responsables et des professionnels qui encadrent les cours pédagogiques
  • Les conditions d’application du contrat entre toutes les parties qui ont signé le document
  • Résumé des techniques pédagogiques mises en place durant l’apprentissage
  • Délai pour répondre aux questions et aux interrogations de chacun
  • L’ensemble des informations de contacts (adresse, email, numéro de téléphone, fax…)

Si le contrat rassemble toutes ces informations, il peut être considéré comme un protocole individuel de formation.

Identifier les avantages et les inconvénients de la création d’un protocole individuel de formation

La création d’un PIF n’est pas une obligation pour suivre une formation en ligne. Les apprenants peuvent décider de ne pas signer de document au début de l’apprentissage. Néanmoins, depuis la création et la parution de la circulaire DGEFP en 2001, sa création est recommandée, car elle présente plusieurs avantages.

Grâce à ce contrat entre toutes les parties, le temps de la formation à distance est défini. Par exemple, lorsque le protocole individuel de formation indique que le suivi des cours pédagogiques requiert 20 heures de travail, uniquement ces heures seront prises en compte. Cette condition s’applique, quel que soit le temps passé par l’apprenant pour travailler sur les cours.

Par ailleurs, ce document établit clairement toutes les conditions de la formation. Les apprenants sont donc en mesure de se projeter et de s’organiser. Cette visibilité permet aux participants de prendre du recul et de comprendre les enjeux de l’apprentissage lors d’une formation.

Cependant, l’apprenant ne peut pas contester les heures définies par le contrat. Pour un salarié, le suivi de la formation à distance peut demander plus de temps pour maitriser les compétences souhaitées. Ce temps de travail en plus ne peut pas être pris en compte pour réclamer le paiement d’heures supplémentaires. Il faut donc bien visualiser le travail demandé et l’ampleur des supports pédagogiques.

De plus, ce type de document ne peut pas être considéré comme une preuve de traçabilité de la formation. Des enregistrements d’exercices, d’examens ou de quizz peuvent être nécessaires pour prouver le suivi de la formation et obtenir un certificat de réalisation.

Le protocole individuel de formation a le pouvoir de protéger toutes les parties de la formation. Cependant, il est essentiel de veiller à la présence de toutes ces informations pour que le document soit considéré comme un PIF.