E-learning

Qu’est-ce que le brain training ?

Le brain training, en français “entraînement cérébral” consiste en de petits exercices, souvent sous forme de jeux. Des psychologues spécialisés en sciences cognitives ont émis l’hypothèse que le cerveau, à l’instar d’un muscle, a besoin d’un entraînement pour rester performant. Les avis divergent sur l’efficacité du brain training. Certains professionnels mettent en avant des chiffres qui prouvent que l’intelligence et les capacités cognitives du quotidien sont inchangées après de tels exercices.

Une étude de la NCU, une bibliothèque américaine, a démontré que les personnes âgées qui parlent plusieurs langues ont une meilleure santé mentale que les autres. Ils sont moins souvent atteints de démence, maladie concernant la détérioration de la cognition.

Quelles sont les caractéristiques du brain training ?

Le brain training n’est pas forcément un jeu vidéo ou un programme informatique. Cela peut tout simplement être un puzzle, un sudoku, moyens bon marché de faire fonctionner les neurones. Le yoga et toute autre source de réflexion intérieure sont également considérés comme du brain training.

Cependant, il est vrai que le brain training est souvent considéré comme une application ou un site internet spécialisé. Il y a plusieurs critères dans ces jeux et activités :

  • Le scénario du jeu se base sur des recherches scientifiques et a pour objectif de stimuler un des aspects de la cognition.
  • Le brain training s’apparente à un serious game dont l’objectif est d’acquérir de nouvelles compétences par le biais d’un jeu.
  • Il engendre du plaisir afin d’inciter l’utilisateur à rejouer,
  • Le niveau de difficulté est très variable pour s’adapter à tous les profils.

Zoom sur les avantages et les inconvénients du brain training

Les avantages du brain training sont nombreux. Il aide les soignants à rééduquer une personne malade grâce à des programmes élaborés par des professionnels. Les enfants atteints de TDAH ont eux aussi des applications spécifiques qui leur permettent de travailler leur concentration.

Un public en bonne santé peut également y avoir recours pour développer sa mémoire, accélérer le traitement des informations ou encore acquérir des automatismes.

Par exemple, BrainHQ est un programme d’entraînement qui a pour but d’améliorer l’audition, qui dépend essentiellement du cerveau. À partir de 30 ans, le cerveau traite moins bien ce qu’il entend, notamment s’il est dans un environnement bruyant ou que le débit de parole de l’interlocuteur est rapide. Travailler sur cet aspect-là de la cognition permet, selon les études cliniques, d’accélérer le traitement des informations qui arrivent par voie auditive à hauteur de 131%.

Contrairement à ce que sous-entendent certaines sources, le brain training n’a aucun impact sur l’intelligence et ne guérit pas. Il permet simplement de garder une bonne hygiène mentale et de ralentir l’apparition de certains troubles.